26.5.06

Ballades pas loin de Rusko

Le week-end dernier, nous avons exploré un très joli coin juste à côté de Turku. Avant l'entrée de la petite ville de Rusko (plus à l'Ouest que Turku mais moins que Raisio), nous avons repéré une boucle où l'on randonne à pied l'été et/ou à ski de fond l'hiver. Le foyer de ski (Hiihtokeskus) était d'ailleurs notre point de départ pour commencer une grande boucle de 4h30 (en pointillés jaunes sur la carte en lien sur le mot "boucle") qui traverse le marais de "Karevansuo" et successivement les différentes communes de Rusko, Masku et Raisio puis à nouveau Rusko. (Les pointillés oranges clairs se référent par rapport à notre ballade à ski de fond autour de l'aéroport de Turku, effectuée avec Piia cet hiver).
Laforêt était fort tranquille, on n'a encore pas vu un chat, enfin si deux VTTistes assez bruyants et une petite famille vers la tour d'observation (dernière photo du post). Le chemin alternait entre longues plaques de granite et terre bien sêche, bordant lignes de pins et/ou de bouleaux. Les pins avaient leurs nouvelles pousses qui sont d'un vert tendre et quelques pommes de pin toutes violettes, qui se trouvent pour certains arbres, souvent au sommet de l'arbre. On a profité d'un arbre récemment abattu pour en photograpier facilement le haut bien fourni en pommes !
La période de fin mai n'est finalement pas vraiment comme nous l'espérions, températures toujours autour de 10°C et floraisons lentes et tardives : Les pissenlits sont devenus très nombreux cette semaine et le Muguet a encore du mal à montrer sa blancheur ; les arbres fruitiers arborent tout juste leur pétales éphémères. Peu d'odeurs, à part celle des pins nous ennivrent sur le chemin - il ne fait sans doute pas assez chaud et humide. En tout cas, les moustiques ne sont pas encore là ... et ouf pour nous qui traversions le marais. Enfin on en a rencontré une petite vague près de 2-3 étangs avant le marais. Les planches en bois qui zizaguent dans ces terres marécageuses ont survécu à l'hiver et seulement deux fois que nous avons joué au balancier/balançoire.
La boucle nous a fait passer près de jolies fermes et de leurs champs tout juste labourés. Pas trop d'animaux en vue à part la trace d'un pivert, qui s'est vraisembablement acharné sur un arbre. Celui-ci avait des trous plus ou moins gros un peu partout, des racines jusqu'à mi hauteur du tronc. On aurait dit qu'un bucheron était passé tellement que l'animal avait laissé du bois, réduit en l'état de sciure, sur toute une partie du chemin (l'arbre bordait le chemin).
A un embranchement (avant de travers le marais), la piste de randonnée pedestre peut aussi se poursuivre pendant des kilomêtres en direction du NORD, traversant une bonne partie de la Finlande du SUD apparemment. Voilà une perspective de GR pour les fondus de marche en Europe. Notre tour a bien fait 10km et c'est avec des pattes bien lourdes mais une revitalité que nous sommes rentrés à Varissuo.
La dernière photo montre une tour d'observation (légèrement bancale, "Qu'est-ce que c'est haut ?") qui permet de voir un panorama des forêts de Rusko, Raisio et Masku. Voilà la vidéo pour les plus curieux.

25.5.06

A 28 ans que peut-on faire ?

Episode 1 = 15 mai ! Ben pecher, pourquoi ??
Voui en plus du gâteau Moomin qu'il a eu pour son anniversaire (15 mai) et d'un super repas. Monsieur s'est enfin acheté son cadeau : une "CANNE à PECHE". Demain devrait être le baptème de l'instrument rêvé de tout finlandais qui se respecte. Ben c'est dommage, on sera pas là l'année prochaine mais peut-être qu'en Bretagne, ça pêche dur aussi...
En tout cas, notre voyage en Norvège et les occasions de pêcher le saumon sur la côte, devrait amortir l'achat du magnifique outil.
Allez une petite chanson enfantine pour se souvenir du bon vieux temps.
C'est en finnois mais c'est pas grave.

Episode 2 = 28 mai ! Ben essayer, pourquoi pas ??
Ca y est c'est fait ! La canne à pêche de monsieur marche. C'est pendant un week-end froid de canard, à Ruissalo, en ballade avec Seb et Betty à vélo, que Lionel a essayé son cadeau (vidéos 1 et 2). Pas de poisson, qu'est-ce que vous croyiez !!!!!! Par contre, de belles sculptures en sable pour notre retour.

24.5.06

Petite pause "Art" et "Café"

Ereintés d'une visite au musée des artisans, qui est en pleine ville sur la première colline (derrière l'observatoire où s'est passé VAPPUU), nous avons fait une pause (avec Seb et Betty) dans un superbe café : Le "CaféArt" où de bons gâteaux accompagnent de bons cafés .... La décoration est sympa au possible, avec peintures modernes et un peu clownesque sur les murs, quelques sculptures et puis surtout une ambiance cosy d'un vrai salon de thé, grâce aux divers fauteuils et à la grande luminosité qui y demeure (donne sur les quais et l'autre côté dans la rue à côté de la Bibliothèque). L'espace et la clientèle permet de se relaxer un long moment. La communauté hongroise à laquelle participe Betty, s'y retrouve régulièrement pour échanger pendant une longue après-midi.

Pour parler d'autres choses, en ce moment, dans la ville, depuis début mai, les vitrines sont toutes habillées de la casquette des baccalauréens. Cette casquette qui fait penser au capitaine d'un navire, et qu'on ne reçoit que si l'on a réussi le bac. Comme celui-ci approche, on les voit absolument de partout : chez le bijoutier, le photographe, aux galeries SOKOS ou chez Stockman et bien évidemment sur la masse de jeunes pendant Vappu (1er mai).

19.5.06

Pot de Thèse à la finlandaise

Vendredi 12 mai, nous avons participé à une très agréable soirée pour célébrer la fin d'un dur labeur, la fin de la thèse de notre amie "Piia". Changement de décor, cette fois Piia nous a montré comment elle et Riku pouvaient passer dans une soirée assez conventionnelle. Ces deux amoureux de la nature, de l'écologie, et des sports donnant des frissons (VTT, escalade, alpinisme, kayak de mer etc...) étaient magnifiquement vêtus pour l'occasion. Certains départements de certaines universités en Finlande exigent qu'on suive un protocole particulier pour fêter la thèse. Notamment un diner en petit comité (directeur et codirecteur de thèse + les opposants ainsi que des proches universitaires) au resto très chic du coin (à Turku c'est le bateau "" qui inaugure les nouveaux docteurs de l'université suédophone)... Pendant ce temps, les invités (copains/collègues de Piia) dinaient au théatre des étudiants, dans un ambiance feutrée et talons aiguilles ;-). Sans rire, tous le monde était très bien habillé comme pour le jour de l'an. Il y avait même un vrai jazzband (contrebasse, batterie, pianiste/chanteur) et un repas d'un traiteur végétarien excellentissime.
Au passage, nous ne vous avions point dit mais ici les restaurants proposent très souvent un à plusieurs repas végétariens dans leur menu ainsi que des plats que l'on peut commander sans GLUTEN et/ou sans dérivé de LAIT.
Pour en revenir à l'aspect vestimentaire, je n'ai jamais vu autant de magasins avec des robes de soirées qu'en Finlande. Quand on sort, on sort et Piia a du se faire violence pour acheter une robe de cocktail, m'enfin le résultat reste qu'elle est toujours aussi charmante et souriante. MERCI Piia pour cette invitation. On n'a retrouvé une copine française de Piia, Magalie (au passage elle connaît bien la Magalie de Thierry, le violoneux des sessions de Grenoble grâce à sa soeur qui est une grande amie de Magalie).
Pour connaître le déroulement de la soutenance des thèses en finlande, relire le post suivant.
En attendant, on ne vous avait jamais montré le logo de l'université de Turku (photo en dessous), celui-ci est sur tous les batiments de l'université dont le notre à Varissuo et il l'est également sur les portes-clés qu'on nous file à l'arrivée. Ben voilà c'est TOUT

Et vous trouvez qu'ça c'est du secours...?

Oulala, ça fait combien de temps que je n'ai rien écrit dans ces pages ?? Pfiou, au moins ... tout ça quoi ! Bon, faut avouer que j'ai été très pris, comme beaucoup le savent, par des sombres histoires de candidatures. Au final, ça n'a pas mené à grand chose (voir poste suivant) mais enfin bon, on fait ce qu'on peut.

Bref, bref, bref, c'est pas de ça que je voulais parler. Qui regarde l'eurovision d'habitude ?? Allez, vous pouvez me le dire à moi, personne ne lira et pis je le répèterai pas... Bon, toujours est-il que les habitués savent que la Finlande n'a jamais participé à la finale (si y avait que ça!). Au passage soulignons que certains pays (France, Allemagne, GB, etc) participent automatiquement pour la simple et bonne raison que ce sont eux qui payent cette magnifique cérémonie. Les autres pays doivent se qualifier (10 sont sélectionnés sur les 20 ou 21 candidats chaque année). C'est compliqué quoi.

La Finlande donc, allez savoir pourquoi, n'a jamais passé ces selections. Et bien c'est chose faite !!! Et pas avec "les sucettes à l'anis" (je suis sûr que cette chanson serait censurée aujourd'hui si elle était proposée à l'eurovision), mais avec "LORDI" (en finnois, The Lord, Le Seigneur ! ). Et, pour ceux qui vraiment ne regardent jamais la télé, ne lisent jamais les journaux et n'écoutent jamais la radio (quoi ça vous aurait pas aidé?) et bien LORDI ça ressemble à ça :

C'est chouette non ??
Bon évidemment, c'est du hard (Franck tu appréciera peut-etre et tu n'hesiteras pas à nous livrer ton sentiment sur la qualité musicale du seigneur tout puissant), ça dégouline de partout et à défaut de faire gagner la finale, ça montrera au monde que la Finlande est un pays "qui n'en veut !".

"Qui n'en veut d'mon gibolin ??? Qui n'en veut ??"

ps: au fait, vous pouvez aller voir sur http://www.lordi.org

13.5.06

Le musée des artisans

"The Handicraft Museum" ou encore "Käsityöläismuseo" vient d'ouvrir et nous avons eu droit à une visite guidée de 2 heures, pour les étudiants étrangers en échange (que nous ne sommes pas, bien entendu mais pour qui nous pouvons encore nous faire passer). Au passage, pas vu un seul français dans le groupe de 20 personnes (russes, estoniens, allemands, américains, vietnamiens, chinois, et quelque uns des pays de l'Est), à part Seb (+ Betty) qui nous a transmi l'annonce jeudi dernier :
"The last guided tour this Spring time, to the Luostarinmäki Handicrafts Museum. The lecture is given by Mr. Hannu Laaksonen, Lic.Phil., a cultural historian" et aussi un dernier des TABACCO maker (fabricant de tabac), qui ne peut plus exercer à son grand regrêt car la culture de tabac se perd et aucune industrie n'est vraiment autorisée de nos jours en Finlande.
Ce monsieur nous a expliqué que la ville de Turku ne s'est jamais trop préoccupée de ce musée et qu'il n'a failli pas existé. C'est en réalité grâce à une mauvaise économie (dû aux deux guerres mondiales) que ce coin de la ville, assez pauvre du reste, a finalement été conservé, à la place de constructions en immeuble "Art Nouveau", ou en industrie, qui étaient bien convoitées au début du 20ème siècle. A l'heure d'aujourd'hui, Mr Laaksonen déplore le fait que les jardins entre ces batisses ne sont pas suffisamment entretenus et avaient un tout autre cachet encore quelques années en arrière. Néanmoins, on voit de belles fleurs de cerisier au printemps, n'est-ce pas ?
Le musée est animé pendant l'été par les artisans qui tiennent leur boutique et leur activité. Certains artisans ont disparu avec leur pratique, comme celui qui fabriquait les peignes à base de corne d'animaux. Nous avons vu les ateliers du cordonnier, du tisseur, du fabricant de tabac (une technique intéressante finlandaise est de tremper les feuilles de tabac, une fois séchées et fumées, dans du rhum ainsi que 14 épices différentes), de l'orfèvre, du fabricant de perruques, du cordier, du tanneur, du brocheur, du broquier, du grolier, etc... (si vous êtes comme nous, des ignards sur ce qu'est un broquier ou tout autre nom d'anciens métiers-artisans, aller donc voir cette page de terminologie). Il y avait aussi laverie, boulangerie, café, poste et encore d'autres.
Le village est bien d'origine, avec des maisons en bois qui datent des années 1780. Leur toît en tuile ou même en pierre ou encore en tourbe/terre sont presque toutes de l'époque également. Le bois va néanmoins commencer à être remplacé car il n'a qu'une durée de vie de 300 ans environ. Certaines maisons avait été peinte mais la neige en masse l'hiver l'a toute effacée ; le bois a donc cette couleur sombre, presque noir qui atteste de son bel âge (voir une batisse). Voilà un jour, supposé de pluie, bien rempli par cette magnifique visite et un bon tour en ville au café (voir post suivant). La pluie qui nous guettait tous les 5 minutes n'est finalement pas tombée et tant mieux pour vos prunelles.

8.5.06

Les habitudes culinaires en Finlande II

Bon j'avais déjà mis ce texte dans Popotte pour illustrer ma salade de betterave qui précédait un vrai repas d'épicurien.

- Saviez-vous que les finlandais adorent l'ail et en mangent dans presque tout. Le beau-père d'une amie finlandaise est routier et a transporté récemment 8 tonnes d'ail venu d'Espagne...
On en fait de la purée (avec de l'huile olive), à tartiner sur du pain (très fort !!!). On en met dans les sauces salades évidemment ...etc... Tiens par contre je n'avais jamais vu cela et je pense le faire un jour. Au restaurant Harald de Turku (celui au style viking), j'avais eu de la barbak accompagné d'une purée et d'une tête d'ail qui avait cuite au four tout simplement. C'était dur d'aller chercher le contenu, mais tellement délicieux.

- Saviez-vous que les finlandais ont beaucoup de betteraves et qu'ils en mangent à toutes les sauces, par exemple ils les découpent en rondelles et les mettent dans du vinaigre. Celles-ci accompagnent la purée de pommes de terre surtout à Noël. Dans les supermarchés, on trouve de la soupe froide à la betterave tout prête et sinon à chaque repas important (comme Noël) un genre de gratin/purée à la betterave (associées bien souvent à de la carotte) est à l'honneur.

- Saviez-vous que les finlandais mangent un oeuf cuit dur le matin avec le porridge (et non un oeuf au plat comme en Grande-Bretagne).

- Saviez-vous que le cornichon ici est celui qu'on appelle "Russe" en France, mais attention n'allez pas leur dire !!! On peut même l'acheter à l'unité, en plongeant une pelle dans des énormes tonneaux qui contiennent je ne sais combien de cornichons.

- Saviez-vous que les finlandais ont beaucoup de produits laitiers divers concernant les crèmes/yahourts, les deux marques principales sont Valio et Ingman. Que ce soit l'un ou l'autre, ils font la même chose et il n'y a guère le choix de yahourts, concernant les parfums. Y a notamment : fraise, myrtille, fruits des bois, framboise, pêche. Si on cherche chez Danone, c'est la même chose, sauf qu'on trouve aussi au parfum vanille. Moi qui adorent le citron, les yahourts de la laitière me manquent... Donc je disais qu'en Finlande, on trouve certains produits intéressants comme le "Viili", "Piima", "Kerma Viili". Le "Viili" et "Piima" sont des laits fermentés différemment. "Kerma", c'est la crème, celle-ci peut-être trouvé avec soit des bouts de cornichons ("russes"), soit de la purée d'ail... vous me suivez... Concernant le "Kerma Viili", cela ressemble à de la crème aigre ("Sour cream"), entre notre fromage blanc et de la crème fraiche. Encore une fois, on peut le trouver parfumé et on s'est souvent trompé au supermarché, nous donnant de belles surprises.

- Saviez-vous que les finlandais mangent de la glace toute l'année, et en quantité. Celles au Tyrny sont spéciales

7.5.06

En mai, fait ce qui te plaît !

Découverte d'une plage après la ville de Pargas, appelée Airisto avec notamment sable fin et bateaux (Holiday Club y sont aussi). Pas trop de monde à l'horizon, heureusement car on y est allé en fin de matinée à 9 : seb - betty ; tytti - henri ; manu - eli ; sev - lio et véronique, pour un bon pique nique où j'ai notamment apporté ma tourte au saumon/pomme de terre.
. Autres activités, bronzette (le soleil tapé fort), pêche, badmington et petite escalade sur les rochers pour aller voir nos pêcheurs. Une vue splendide. Quelques fleurs violettes, interdites au ramassage, oups !
L'aprem continue par un petit repas découverte chez nous. Découverte "des noix de Grenoble" avec (1) vin de noix en apéro et bières mandrin, (2) salade d'endives avec noix, chèvre, ravioles, persil, laitue puis (3) tarte aux noix et (4) tiramisu dont les biscuits ont été trempés dans du café avec vin de noix et liqueur de vanille/cannelle (Nina et Jorgen nous ont rapporté cette dernière du DK). On a aussi mangé LE poisson attrapé par Sebastien : une carpe rayée.

5.5.06

Turku au printemps

Après la pluie fine et le petit froid à 5°C qu'accompagnaient Jorgen et Nina fin avril avant notre retour en France, le beau temps est enfin arrivé avec de belles températures : 20°C aujourd'hui. On ne reconnait plus les rives de la rivière Aura, qui étaient sombres et grises, comme ci dessous.
Ou encore le pont piéton avec ses jonquilles encore toutes fraiches, maintenant elles sont bien séches. Toute la rive est dorénavant un coin bronzette, avec une populasse dégustant unanimement les glaces "Valio" vendues à chaque coin de rue, à un kiosk en préfa plastique bleu. A défaut de ces glaces, on vous en propose d'autres, tous les panneaux publicitaires sont quasi remplacés par ceux de Magnum et leur version finlandaise c'est à dire, avec des parfum à la fraise ou à la myrtille. Au pire on peut acheter la glace finlandaise, la vraie, celle au réglisse.
On entend les mouettes et certaines (à tête grise, ressemble à des mouettes) vont même jusqu'à vous choper votre cuisse de poulet roti à Kupitta. La nature bat son plein et les bourgeons sortent enfin (VOIR ABSOLUMENT CETTE PHOTO). On se sent revivre et prêt pour entamer le régime printanier. D'ailleurs je vous propose de voir la salade de lentille que l'on a mangé aujourd'hui sur les pelouses du parc de l'observatoire (première colline des trois de Turku) où Vappu (1er mai) est célébré chaque année. Y avait encore des capsules de bières incrustées dans l'herbe.
Ah ! Notre premier pique nique de l'année ;-) en débardeur. De petites fleurs bleues et violettes sont sorties ainsi que tous les vélos de la ville, on va se régaler les yeux.

3.5.06

A nous l'archipel de Turku

Savoir pagayer, c'est la première chose qu'il faut savoir faire quand on part dans l'archipel de Turku !!

De retour de France (voir autes postes, avant ou apres celui-là, selon l'humeur), nous avions prévu de passer le week-end dans l'archipel avec Franck (bassiste de Titch Ka Ra, qui nous a gentiment rendu visite :-)), Pat et Ingrid, des amis de Franck que nous avons rencontré ce week-end et qui résident depuis 2 ans à Helsinki, et Geraldine, stagiaire au labo d'Ingrid depuis quelques mois... Dans l'archipel, plus précisément sur une toute petite île juste à coté d'une plus grosse (les descriptions concernant l'archipel tournent souvent comme ça, désolé) qui, elle, s'appelle Korpo.

Bon, là il faut que j'explique une "tradition" finlandaise : quand il fait beau, que la mer est dégelée (c'est à dire de mai à octobre), les gens ont l'habitude de passer leur week-ends dans des "mökkis" (prononcez "meuh...qui?"). Un mökki c'est un petit chalet avec le confort minimal : lit, table chaise, eau courante ou pas, électricité ou pas, toilette "nature", et sauna (of course, au bois si possible). Le but est de se poser, de ne pas trop forcer, de manger, de boire, de faire des saunas, de discuter, de jouer (là on a peut-être greffé une vieille habitude française sur ces traditions "pure" finlandaises). Voire de se ballader, de faire du bateau, de pêcher, de regarder le soleil se coucher, de compter les mouches et d'essayer de reconnaitre les oiseaux à leur cri (pas facile ! ). Tradition excellentissime, non ? Bon, on s'y met tout doucement. C'était notre premier, mais on va remettre ça c'est sûr. A propos, nous sommes passées par une agence de location de mökki (tout comme lomarengas), "Saaristovaraus". Notre cottage est le n°59 si vous regardez le pdf des locations possibles.

Le week-end commence doucement, on récupère Franck à la gare de Turku, allons faire les courses avec lui, mangeons un bout en ville et je lui fait faire "le tour du propriétaire" : la cathédrale, le chateau, la place du marché et les berges de la rivière Aura. Le soleil est là, le week-end part bien.

A 18h, nous retrouvons Ingrid, Geraldine et Pat à Pargas. 1h30 de route et 2 ferries plus tard, nous voici sur Korpo. Un petit coup de fil au proprio (qui parle au pur du pur suédois de l'archipel, au mieux un mélange d'allemand et de suédois) et nous le retrouvons sur un embarcadère. Les aventures commencent : le chalet est situé sur une toute petite île accessible uniquement par bateau. Le proprio met nos affaires sur sa barque à moteur et Pat, Ingrid et Geraldine font le voyage avec lui. Nous, très fins que nous sommes, prenons la barque à rame que le proprio nous a proposé et fièrement, tentons de nous diriger ves le mökki. Bon, moi chui nez en altitude alors les bateaux c'est pas mon truc. Mais je voulais essayer quand même. Il a fallu un petit moment pour nous mettre en route (dans le bon sens), mais on y est finalement arrivé.

Le bon coté de pas savoir ramer, c'est que quand t'arrives de l'autre coté, les affaires sont rangées dans le chalet et le sauna est en train de chauffer. Je sais, pas très malin, mais faut voir les choses du bon coté ;-)

Arrivés sur l'ile, un magnifique petit chalet nous attends, bleu pétrole (couleur favorite de Sev, pas fait exprès) :


Bon samedi soir, il est tard quand on arrive à l'intérieur du chalet. Mais on ne perd pas le nord : sauna+viande de rennes ! et pis après dodo car il faut bien récupérer quand même !

Le lendemain matin, levés aux aurores (au moins à 9h alors que le soleil se lève à 5h ces temps-ci), nous, les hommes prenont nos gambettes et partons faire un petit tour du propriétaire. L'ile est pleine de mökki (de location ou privés) et nous en faisons rapidement le tour. De retour à "la base", nous préparons le petite déj, en profitons un max, en sirotant notre café/jus d'orange sur la terrasse du mökki, au soleil. Et ensuite, c'est parti pour la "séance activité sportive" de la journée. Enfilons les gilets et montons dans la barque (à 6 c'est pas jojo), nous aurons l'air plus malin !



Bon, ça a pas l'air d'avancer hein ? Ben non, ça avancait pas. Mais on était face au vent, alors... Pour vous montrer que l'effort n'était pas minimal, regardez donc ces deux petits films (1, 2). Alors, évidemment, on s'est pas laissé aller. De l'autre coté de l'ile, nous faisons une petite pause "bière" (il est au moins midi moins l'quart, l'heure du ricard). Puis, Géraldine, Pat et Ingrid prennent leur courage à deux mains et rentrent aux mökki à pied (5 mn). Nous 3 (Sev, Franck et Lio) tentons de rammener la barque à bon port. Eh ben c'est pas gagné. Une fois de retour contre le courant, on se rend vite compte qu'on arrive pas à avancer du tout : "tiens on était déjà là tout à l'heure". On décide de finir en tirer la barque depuis la berge. Grosse galère quoi. Bienvenu chez les apprentis marins d'eau douce ! Non mais j'te jure.

Le reste de la journée se passe tranquillement : sauna, bières, jeux en tous genre ('fin, de carte, les jeux, quand même). Vers 21h, les hommes ne resistent pas à l'appel du coucher de soleil, de l'autre coté de l'île : 1, 2. Vous pouvez aussi voir l'intégrale de nos photos là. Enfin le lendemain : allez on mange encore. Sauna matinal, juste après le petit dej. Ensuite, juste le temps de servir l'apéro que, déjà le sommet se dort sur le barbecue.... pffff, trop dur comme journée. Ca part mal ! Leçon du jour : c'est fou comme on peut passer une journée à ne rien faire et (c'est ça qu'est bien quand même) ne pas s'ennuyer une seule seconde ! Ca tient au cadre et aux gens avec qui on peut faire "rien"... Merci les amis donc :-)

Vers 17h, on se décide à appeler le proprio ("Ja, Ja, ich gekomme" ou quelque chose comme ça) . Pour le deuxième ferry (celui de Pargas) la file de voiture est longue, longue... Sans compter que Pat joue aux apprentis bricolo et décide de changer un fusible (dans le mauvais sens) au moment où la file de voiture redémarre. On a bien du perdre... pffff... au moins un ferry (le ferry est l'unité de mesure du temps dans l'archipel). Mais en tout cas, Pat a à nouveau un tableau de bord qui marche. Il peut à nouveau savoir à quelle vitesse il roule... ouf. On attend sagement notre tour, on se regarde notre dernier coucher de soleil (film) sur la baie de Pargas et pis, pour ne pas mourir de faim (!), on se laisse tous aller à manger une petite glace achetée dans la cabane juste à coté de l'embarcadère du ferry (au passage, eux ils ont trouvé le business en or ! )

Conclusion : ce genre de week-end est extra. Franck témoignera que la vie "à la finlandaise" a quelque chose d'indescriptible qui tient de la capacité qu'on a de "profiter" de l'instant présent, sans rien faire, et sans jamais s'ennuyer. Bon, quand en plus on peut le faire avec une telle brochette d'amis, ça vaut le coup, c'est sûr....

Printemps sur Grenoble

Nous voici revenus d'une petite semaine passée à Grenoble pour raisons professionnelles (lionel a été auditionné sur un poste "Maître de Conférence" à l'INP).
A l'aller, nous avions pris quelques spécialités finlandaises avec nous pour faire goûter : du pain noir, des chewing gum au xylithol, et surtout divers bonbons au réglisse ... Tout le monde y a eu droit et on ne peut pas dire que beaucoup sont prêt à devenir de véritables finlandais. Les bonbons au réglisse tels que le "Turkish Pepper" ou "Salmiak" (contient du sel d'ammonium) sont difficiles à apprécier quand on n'en a pas l'habitude. Les nordiques ont un palais fait pour tolérer ce genre de choses sans aucun doute ;-)
Ensuite, pour récompenser mes amis de leur effort je leur ai collé une devinette, celle de mettre dans l'ordre des mots finnois (magnets pour frigo) pour constituer une phrase cohérente, encore que ....
Le premier rendez-vous avec les copains a été pris le jour même de notre arrivée ; on n'a pas pu s'empêcher de se bousculer dès le début et c'est chez Les Frères Berthom, qu'on s'est breuvé à pas moins 15 amis (reconnaissez-en-vous quelque uns dans ce petit film ?). Dans ce bar encore assez récent (2 ans et demi ?), y avait un peuple fou ; c'est normal puisqu'on y sert de bonnes bières internationales, genre des bières belges....hummmmm. Les discussions ont forcément tourné autour des bonbons réglisses dé......, de la Finlande et son art de vivre. Et bien entendu des chances de Lionel sur le poste MC avec le récit des expériences des autres maîtres de conf. qui nous entouraient ce soir là (Franck, Mika).

Le lendemain, c'est journée cuisine qui m'attendait pour l'anniversaire de Leila. Une fois de plus, les pulla sont au rendez-vous. Mais nouveauté, à partir de la pâte au goût de la cardamone/gingembre, on la divise en deux pour faire les traditionnelles brioches à la cannelle et le reste, pour en confectionner d'autres en version salée, un peu à la Grenobloise. C'est à dire qu'au lieu de mettre des couches de beurre, sucre, cannelle, on met du roquefort puis de la poudre de noix et sur le dessus de l'emmental râpé au lieu des grains de sucre. L'expérience est vraiment réussie même si le résultat est un peu bourratif.
Le week-end arrive enfin et la course continue : on était censé enchaîner apéro chez Christophe et Cécile (résidant dans notre ancien appart) puis restaurant végétarien "Le Mandragore" avec les 6 filles. Cela se transforme en deux repas pour moi. Et Lio se laisse convaincre (très facilement) de rester au premier, normal c'est une CREPE PARTY, quoi de plus alléchant. C'est aussi l'occasion pour nour de revoir Olivier L, un des bozos manquant depuis ces 2 petites dernières années. Sur la photo, on voit notre ancien salon qui s'est nettement amélioré, quelle nostalgie !!

Pour moi, donc c'est resto végé avec les filles et grande retrouvaille avec Mélanie, venue tout droit d'Ardèche. On décide de prolonger notre bonheur ensemble par une petite promenade à "La Bastille", les tenues ne sont pas tout à fait appropriées : tatanes ou grosses bottes, jupes serrées et vêtements sombres, on crève de chaud et ça traîne les savattes (je parle pour moi). En s'approchant du centre de Grenoble, on entend de la musique, on avait oublié qu'à cette époque là, c'est Festiv'art sur les grandes places de la ville (nostalgie encore car TKR (alias Titchkara a participé 2 fois à ce festival). Pas loin du jardin de ville, on va à la rencontre de mika et lionel, et on croise Françoise, la tante de lio, c'est pincroyable !! L'appel de la première glace à l'arche au fruit (à côté de la place de gorde) est trop fort et on enchaîne avec un petit perrier sur terrasse ... Il est déjà l'heure pour lio et moi de partir dîner au resto en Matheysine, "à la Pacodière", près du lac de Laffrey en famille. On peut pas dire qu'on fait régime depuis qu'on est arrivé.
Le lendemain, ballade au Connex en famille et restaurant indien le soir. Comme d'habitude, on est arrivé en retard et c'est une foule de 18 personnes qui nous attendaient à l'entrée du restaurant. Les deux petits sont claqués de leur première randonnée de l'année. Le temps a tellement été magnifique, que plusieurs personnes (on ne dira pas qui) ont été frappés d'un coup de soleil ! ;-)
Vous voulez que je vous dises la suite, dernière sortie mémorable, c'est la SESSION au Druid's pub les lundis soirs. A 21h30, on attaque avec beaucoup de punch une super méga session car pour ma part, c'est la première que je vois avec deux pipeistes ! Chapeau, un petit extrait bientôt, promis. C'est le temps des retrouvailles avec Thierry, Corinne, Jude, Domi, et Ronan. Et quel public ! Des amis entre autres et puis surprise des finlandais, si si grâce à ST micro...

Bon, après trois jours d'orgies en resto et en amis et en activités, Lio bosse comme un fou pour l'audition et moi, je tombe malade... Déjà que je frôlais l'extinction de voix pendant le week-end, à force de raconter nos histoires. Mais cette rhinopharyngite a été déclenchée bien plus par une bonne allergie liée à la fois à la pollution, à la différence de température (passé de 5°C à 25°C), à la fumée ambiante (plus l'habitude des bars avec fumeurs), et au pollen. Grenoble fleuri nous a gentiment accueilli, un tram 3 pas loin d'être en service. Le vert tendre de marroniers et platanes nous enveloppés d'une ivresse de joie et le soleil éblouissant a apaisé nos coeurs meurtris de ce rude hiver.
Le séjour se termine rapidement par une dernière soirée, le jour même de l'audition de Lio, chez des amis (Pascale, Simon avec Béné), on se régale autour de petites choses succulentes (voir le repas chez Popotte) et on discute plan de mariage, carrière de chacun etc... Je parlais avec le nez évidemment et on avait tous une petite forme (Simon et Bénédicte par leur boulot extrement contraignant et prenant, Pascale par toute la cuisine qu'elle a fait pour NOUS, MERCI :-), Lionel par la pression qui retombe après l'audition, Sev par le coup de barre classique de 20h du malade.
Enfin dernier jour, on fait pique nique avec Sylvie au jardin des plantes et thé à "l'heure bleue" avec sabrina. Le soir, question problématique, que fait-on avec le reste des personnes que l'on veut voir, eh ben, c'est simple, on dit un dernier au revoir aux parents de Lionel chez ma mère. C'est le temps de récupérer les cloches en chocolat de Pâques, et les bonnes bises de la famille pour le reste de nos 4 mois en Finlande.
Quelques emplettes à ramener avec nous : saucissons, crozets, ravioles, quenelles, fromages, biscuits, chocolat, bières "Mandrin", divers crèmes de fruits oléagineux et céréales de Satoriz + quelques petits cadeaux culinaires pour les expats... mais chut ;-)