28.6.06

La Norvège à nous deux ou trois !


Nous partons ce matin pour nos 5 semaines de vacances à travers les pays scandinaves : Finlande / Suède / Norvège.
Je n'ai pas le temps de mettre un post sur notre marché médiéval à Turku, ainsi, voici seulement quelques photos en plus de notre programme de vacances. Je commenterai plus tard sur celles-ci.
MERCI à véronique et christophe pour nous avoir accompagné au marché.
------------------------------------------------------------
Première semaine : Finlande - Suède - Norvège (îles Lofoten)
------------------------------------------------------------
Dimanche 2 juillet : Turku -> Vaasa ; 19h bateau pour Umea (Suède)
3 juillet : Umea -> Arjeplog
4 juillet : Arjeplog
5 juillet : Arjeplog -> Bodo (chercher Mika à l'aéroport de Bodo)
6 juillet : Bodo -> Lofoten ; 10h bateau pour Lofoten
7 juillet : Lofoten
Samedi 8 juillet : Lofoten
9 juillet : Lofoten -> Skutvik ; 10h bateau pour Skutvik

------------------------------------------------------------
Deuxième semaine : Norvège (Nord de Trondheim et Jotunheimen )
------------------------------------------------------------
10 juillet : Bodo -> Ornes
11 juillet : Svartisen Glacier
12 juillet : Ornes -> Mo I Rana
13 juillet : Mo I Rana -> Trondheim
14 juillet : Trondheim
Samedi 15 juillet : Trondheim -> Boverdal (rencontre avec Véra ?)
16 juillet : Jotunheimen
17 juillet : Jotunheimen

------------------------------------------------------------
Troisième semaine : Finlande - Suède - Norvège (îles Lofoten)
------------------------------------------------------------
18 juillet : Boverdal -> Bergen
19 juillet : Bergen
20 juillet : Bergen
21 juillet : Bergen -> Oslo ; cherche Beni à l'aéroport d'Oslo
Samedi 22 juillet : Oslo
23 juillet : Olso
24 juillet : Oslo -> Karlstad


------------------------------------------------------------
Quatrième semaine : Suède (régions de Karlstad et Körrö)
------------------------------------------------------------
25 juillet : Karlstad (visite avec Stéphane et Julia ?)
26 juillet : Karlstad
27 juillet : Karlstad -> Körrö
28 juillet : Körro ; festival de musiques et danses traditonnelles suédoises
Samedi 29 juillet : Körrö
30 juillet : Körrö -> Stockholm
31 juillet : Stockholm

------------------------------------------------------------
Cinquième semaine : Stockholm et Retour à Turku
------------------------------------------------------------
1 août : Stockholm
2 août : Stockholm -> Turku

Bises et Bon ETE à tous !!!!!
SEV ET LIO

25.6.06

Tallinn en été

Ma mère est venue nous rendre visite il y a deux semaines. Dès son arrivée à Helsinki, le 13 juin, je l'ai accueilli à l'aéroport pour ensuite aller toutes les deux prendre le bateau de 21h pour Tallinn, Estonie (avec la compagnie Viking Line). Après avoir dormi sur le bateau qui avait pourtant accosté sur la côte estonienne à minuit, nous sommes parties au petit matin (7h) dans les rues de la vieille ville (Plan).
Depuis le port, il suffit de marcher 500m pour arriver au premier rempart, qui encercle toute la vieille ville. Après "Paks Margareets" (Fat Margaret) la plus grosse tour (4 m d'épaisseur à sa base) du rempart, on entre, sous une arche, dans de magnifiques rues piétonnes recouvertes d'anciens pavés parfois mixtes (voir photo). A côté de l'entrée, se trouve un petit parc, où est érigé un monument appelé le " Broken Line" en mémoire des 853 disparus en mer, telle est la tragique histoire du sous-marin russe qui a percuté un bateau de croisière (tel le nôtre) allant de Tallinn à Stockholm en septembre 1994.

La rue principale traversant toute la vieille ville est "Pikk Street", elle se termine au sud par "Pikk Jalg" qui monte le long d'un rempart jusqu'à l'église orthodoxe, dernière batisse religieuse construite. En effet, les russes sont les derniers en liste d'une longue occupation étrangère, qui a débuté par les danois, les allemands au 13ème puis les suédois au 17ème et enfin les russes. Ces divers influences donnent lieu à de belles constructions de style bien différents (voici quelques portes ci-dessous, et un détail de la 3ème en partant du haut à gauche) :

"Pikk Street" présente beaucoup d'anciennes demeures qui datent du 15ème, construits par les marchands germaniques. On les reconnaît par leur hauteur de 3-4 étages et d'une poulie sortie du dernier étage qui servait d'entrepot/grenier (photo à droite, ambassade de Suède maintenant, voici le bas). Les "Guilds", associations d'artisans ou de commerçants avaient également leur batisses dans cette rue (photo à gauche du "Saint Canutus Hall", avec les statuettes de Martin Luther King et de Saint Canute).
Avant d'entamer un long parcours, nous avons pris un petit déjeuner à "Maiasmokk Kohvik", magnifique salon de thé, boulangerie dont les tables sont en marqueterie et le plafond est fait de miroirs carrés décorés. Pour pas très cher (5 €) , nous avons eu un cappuccino, un grand café et deux brioches traditionnelles (des pays nordiques) : brioche avec au centre une sorte de crème-fromage (même goût qu'un cheesecake) et une pulla plus proche d'une pâte à beignet avec glaçage. La rue à 8-9h du matin est fraiche et encore sans touristes. La horde se fait sentir quand une jeune fille (étudiante en commerce) vient nous vendre un livre sur Tallinn. Nous nous réfugions toute de suite après, dans la plus vieille église, "Pühavaimu Kirik". Tout de bois peint et sculpté, (la chaire date du 17ème), cette église de style gothique a malheureusement subi en 2002 un incendie qui a endommagé la tour :
"Situated in Town Hall Square, the Holy Spirit Church is a striking 13th-century Gothic house of worship that's still used by Lutherans today. Look up at the elaborate outdoor clock, the oldest in Tallinn, with carvings dating from 1684—it's one of the most photographed landmarks in town. Inside, intricate wood carvings decorate Baroque pews and a Renaissance-era pulpit. The first Estonian sermons were preached here after the Reformation" (source)
L'horloge sur un des murs externes est magnifique (il y a à côté de l'église un magasin/musée du Marzipan mais il était encore fermée quand nous sommes arrivées).
Au croisement des rues, "Pikk", "Pikk Jalg", "Voorimehe", "Rataskaevu" et "Nunne", on aperçoit un magnifique rempart. En vain, on ne trouve pas le moyen d'y accéder, alors on fait quelques boutiques de tissus et produits finis en lin (nappes, serviettes, etc...). J'ai l'impression que ça parlait plus russe qu'estonien à l'intérieur de ces magasins.
En revenant sur nos pas, mais en empruntant un passage couvert ("Börsi käik"), on se décide pour un petit jus d'orange au "Saiakangi Kohvik".
On y retournera certainement plus tard, pour déguster l'un de leur gâteaux. On poursuit notre visite sur la place centrale "Raekoka Plats" ('The only surviving gothic Town Hall'), où nombre de cafés et touristes nous attendent. C'est aussi le marché des artisans (vente de laines, et de fabrications à partir de laines et de bois). Le dernier marché des fruits et légumes, et viandes date de 1896 et a commencé au 11ème siècle.
On se décide à monter finalement "Pikk Jalg" où on va à contrecourant des groupes/tours guidés. Le long de la muraille, exposent quelques jeunes peintres, et on peut admirer au dessus l'ambassade de Finlande et le "Eesti Kunstimuuseum" (National Art Museum). Au bout de "Pikk Jalg", une surprise nous attend, on aperçoit enfin sur "Lossi Plats" la magnifique cathédrale orthodoxe "Alexander Nevsky Cathedral" qui a fait partie de la 'Russification' des pays Baltiques.

Pas très loin de celle-ci, plus originale et sobre à l'intérieur, se trouve l'église luthérienne : "Toomkirik" (Dome Church) : murs blancs surlesquels sont accrochés tous les blasons offerts par les nobles de l'époque. Ils sont à la hauteur de leur puissance (plus ou moins gros et fourni en sculptures et couleurs). C'est interdit de photographier ainsi je n'ai rien à vous montrer, que l'extérieur. De retour à "Lossi Plats", on passe sous une arche pour arriver sur une petite placette dans le coin des antiquaires et artisans potiers/peintres (sur "Lühike Jalg").
Il commence à faire faim et les touristes sont de plus en plus nombreux, la chaleur commence à être difficile aussi, le plan est de trouver une terrasse ombragée et tranquille. On tombe finalement sur un super restaurant japonais, très moderne (tenu par des européens), pas du tout fréquenté le midi mais certainement bien branché le soir. Evidemment, on se retrouve à côté des seuls autres clients qui eux décident de fumer. On change donc de salle pour les éviter ...

On se rend compte, que jusqu'à présent, nous n'avons fait que zizaguer autour d'une unique grande rue (Nord au Sud) et qu'il nous reste encore à explorer tout le côté Est de la vieille ville. Tallinn est à voir en deux jours, pour éviter la grosse fatigue. On hésite à aller à l'hotel que l'on a réservé pour la nuit avant de repartir le matin tôt pour prendre le ferry retour. Quand on regarde la grande distance entre le centre ville et l'hotel, cela nous paraît déraisonnable d'entreprendre une courte pause pour un long trajet (qui va s'avérer très long, voir la fin du post). Le restaurant nous a redonné de l'énergie, c'est donc reparti pour un tour !

Pas loin du resto (sur "Rataskaevu"), on va vers "Niguliste" où seulement de dehors, on scrute l'église Saint Nicolas (construction au 15ème, photo du clocher) qui, paraît-il, mérite un coup d'oeil à l'intérieur. Cette église héberge en effet le musée d'art religieux médieval estonien. On préfère continuer à marcher dans des ruelles derrière la "Raekoja Plats" et remonter au Nord la rue "Vene". Toujours beaucoup de café en terrasse mais un peu plus de magasins chics se trouvent dans cette rue. On décide de tourner à droite, dans une ruelle magnifique "Katarina käik" qui expose d'anciennes sculptures estoniennes en pierre, à côté d'un monastère : "Dominiiklaste Klooster" (datant de 1246), encore en rénovation, qui apparemment en habriterait encore plus. Le jardin du monastère est souvent occupé par des marchands au puce et artisans. Arrivées sur "Müürivahe" qui longe le rempart Est (s'étend du Nord au Sud) , on poursuit dans cette étroite rue avant de s'arrêter sur "Vene" au Musée de la Ville "Linnamuuseum".
(photo de batiment non rénové dans la vieille ville, rue de "Vaimu" ou "Pagari")

Personne d'autre que nous est au musée. Celui-ci très bien fait et présenté en anglais sur la plupart des vitrines, vaut le coup d'oeil, ... lorsqu'on n'est pas trop fatigué (faut monter 2 étages). Il est hébergé dans une ancienne batisse d'un commerçant médiéval. La ville nous raconte les tentatives d'indépendance de l'Estonie. Elle nous présente les différentes influences dans la construction de la ville et nous montre son emblème, personnage symbole : "Old Thomas, the town hall weather vane"
Old Thomas has become one of the symbols of the town. One of the legends reads as follows :
"It was the time of the parrot shooting contests in the town. It took place behind the town wall, near the Kalamaja suburb. The contestants, only the wealthy citizens were allowed to participate, tried hard to get the wooden bird down from the pole with their decorated crossbows and arrows. They did not succeed this year. There was a local boy with his plain wooden bow among the spectators. His name was Toomas (Such is the Estonian spelling for Thomas). He drew his bow and shot the bird down. He was scolded for having spoilt the pleasure of the citizens and was lucky to escape without being drubbed.
The mayor, however, praised Thomas and said he had to be schooled and trained at the expense of the town. So it came to pass and later Thomas became a town-gard. The latter was responsible for manning the town gates. Thomas was a good and dutiful watchman and highly respected among the townspeople. When the weather vane for the Town Hall was made, it was decided to have a Thomas-like figure."
The first Old Thomas was put on top of the Town hall spire in 1530.

Après cela, un café s'impose pour nous réveiller et nous reposer les jambes, on décide de terminer la remontée de "Vene" et de retourner par "Olevimägi" au centre. Hélas la tentation est très forte d'aller rendre visite au contrefort Ouest qui présente l'avantage d'avoir des tours d'observations. On emprunte "Suur-Kloostri" et on tombe sur l'entrée des tours . On monte à l'une d'elle (vidéo de l'intérieur d'une tour) et on a un beau panorama des clochers puis surtour la belle rangée des tours (comme sur la photo à gauche). Avec des pieds meurtris, on arrive enfin au café de ce matin et il n'y plus trop le choix des gateaux mais on se satisfait de tout :-)
L'idée est de rentrer tôt (car il n'est que 18h) à l'hôtel et de ressortir le soir pour un resto.
Au détour d'une rue "Kuninga", on aperçoit une terrasse avec de bons mets servis sur des assiettes en bois. Je regarde dans mon lonely planet, si le restaurant "Olde Hansa" est conseillé. et voici ce qu'il est dit :
"It is the favourite of the jovial medieval themed restaurants in Tallinn. If the costumed waiters don't pull you in, intrigue over its well crafted menu will. It's the city's most lucrative restaurant, perhaps due to its popularity with tour groups."
Assez convaincant n'est-ce pas. On se convaint donc d'y retourner et sur ce, on quitte la vieille ville, direction les lignes de Trolley/Tramway. Sur le chemin, on découvre à l'entrée Sud de la vieille ville un complexe moderne, une gallerie de magasins :

Sorties de la ville touristique, on arrive sur un grand parc, avec à côté un énorme complexe avec gare routière, des bus au sous-sol et 3 étages au moins de boutiques. Nous cherchons le trolley n°4 pour découvrir que celui-ci est en travaux. Pas de bol, c'est le seul qui peut nous amener aussi loin que l'hotel, sur la "Peterburi Tee". On demande à plein de gens de nous indiquer une ligne de bus qui remplacerait la ligne de Trolley. Ce n'est jamais la même explication, finalement au bout d'une bonne demi-heure, on se poste à un arrêt de bus. Une fille qui attendait à côté de nous, apparemment le même bus, traverse soudainement pour aller rattraper le même bus qui passe l'autre côté. On aurait cru qu'il allait dans le sens inverse, mais non, c'était cela.
J'essaie d'expliquer au chauffeur, en anglais, puis en finnois où on veut aller. Il nous dit, "oui oui". On croit se comprendre alors on reste dans le bus. On traverse la ville dans un dédale de rues mal refaites, ou dont les pavés sont loin d'être uniformes, ça bouge pas mal et j'essaie pourtant de suivre sur ma carte, le trajet qu'emprunte le bus. On découvre une ville assez pauvre, totalement différente du centre, avec murs décrépis, batisses en bois qui penchent. L'effet est bizarre ! Quelques unes des batisses sont comme cela dans les artères les plus extrèmes de la vieille ville mais quartier après quartier, cela me stupéfait. Arrivés sur une grosse artère, le chauffeur nous dit qu'on peut descendre. On exécute sans trop comprendre pourquoi. Mon pied me fait super mal, la fatigue est extrème, après ces 10h de marche, on doit se faire encore 3km à pied pour atteindre l'hotel, dont 1km sera finalement en bus. On en prend un au hasard et ça marche. Le Susi Hotel est devant nous, sur ce on décide de ne pas retourner en ville pour le soir et de prendre un bon dîner au restaurant de l'hôtel. On ne sera pas déçue.
Bye Bye Tallinn !
Moi, Moika, Hej hej, Hejpa, Hejdo, Näkemin

ps : l'estonien est très proche du finnois
ps : voilà Tallin au printemps, comme Franck H. l'a vu en avril dernier
ps: l'eau est assez insalubre, c'est pourquoi on ne peut jamais avoir un verre d'eau du robinet.
Dans le lonely planet ils disent :
"Many rivers and ground waters ares polluted by industrial wastes, fertilisers and pesticides. In Estonia, the Pühajogi River, which flows through the industrial north-east is the country's most polluted river", c'est pareille pour les autres pays baltiques. Surtout pour Riga qui a besoin d'un nouveau système de traitement des eaux et qui devrait être épaulé par la Suède sur des projets environnementaux. En attendant, l'hotel Susi avait une bonne politique car regarde par vous-même (ici).

Hyvää Juhannusta

Dites-voir, ça fait une paye que je vous ai pas raconté quelque chose, moi. Bon, ça m'arrive de finir des postes de Pimousse, mais ça faisait une paye que j'avais rien fait de mes p'tites mains du début à la fin sur ce blog.
Alors, oui, ça va. Non je n'oublie personne, oui la vie en Finlande est toujours formidable. Bientôt les vacances ceci-dit: samedi prochain, nous prendrons la route, direction la Suède (quelques jours en Laponie, pour faire du Canoe et de la rando) puis une longue période en Norvège. Pour faire de la rando, de l'escalade et visiter. Bien sûr, on vous fera profiter de tout ça. Ca prendra un peu de temps, parce qu'après, le mois d'août va être chargé également.

Bref bref bref. La semaine dernière a été bien remplie, et il faut vraiment qu'on vous raconte tout ça. Pour ma part, je vais vous raconter notre "Juhannus" à nous. Les férus de langues étrangères auront bien entendu traduit tout de suite: c'est la Saint-Jean. Fêté partout dans le pays, le vendredi soir qui suit le 21 juin (voir aussi explication suivante ou bien ).

Pour l'occasion, nous sommes allés avec nos amis à Naantali, petit paradis à 15 km de Turku. Partis vers 16h de Turku, nous avons fait le trajet en vélo, en compagnie de Seb et Betty - 15km à vélo, ça fait les mollets. Pas grand chose vous me direz, mais quand même. Surtout que le retour s'est fait à 2-3h du matin. La campagne est magnifique en cette saison, pleins de lupins, boutons d'or, moutarde sauvage, fleurs de colza bordent la route. On passe devant de nombreuses maisons 'classes' de la 'banlieu' de Turku. La température est douce, le vent bien présent, mais jamais perturbant.

Et voilà Naantali, pour nous récompenser de nos efforts. Vous vous souvenez? On est bien loin de l'ambiance polaire du mois de décembre, non ? L'eau est à 18°C. L'air (lorsque le soleil perse les nuages éparses présents ce jour là) à 22°C. Pas si mal. Une fois arrivés, nous retrouvons Elli et Manu sur la place du village, de la musique aux quatres coins (dont un accordéon, extrait). Nous assistons avec eux à la levée de drapeau, accompagnée d'un morceau au trombone et d'un discours du maire (enfin, on croit que c'est le maire). La foule nous sâoule un peu, alors on décide de s'isoler et d'aller sur la plage, derrière la belle église de Naantali.

Seb et Betty ont un peu fait les frileux, mais, avec Manu Elli et Sev, on s'est pas laissé découragé: vite en maillot et la tête dans l'eau ! Elli me chante une chanson pour enfants afin de rendre nos souffrances plus faciles (extrait sonore) :
"Yks' kaks' kolme, istu isän polveen. Äiti sanoi älä istu, isä sanoi istu vaan. Näin sitä istutaan."
(1, 2, 3, assis toi sur les genoux de papa. Maman dit de ne pas s'asseoir, Papa dit assis toi donc)

Et plouf dans l'eau !!! Youpi ! Nous avons nagé jusqu'à un petit ponton flottant. Là, après une petite pause, nous avons fait notre premier "bain finlandais". Tous à poil ! Bon, rassurez-vous : on a tout quitté dans l'eau et celle-ci était tellement trouble qu'on voyait pas les poils de torse de Manu !
De retour sur les serviettes nous enfilons quelques tranches de saucisson français (Tiens Christophe nous rejoint, arrivé en bus quelques instants plus tôt). Et un spectacle s'offre aux yeux de nos chères et tendres : un groupe de finlandais bourrés (quel pléonasme, en cette soirée de Saint-Jean) arrivent sur la plage et, sans perdre une seconde, deux d'entres eux se retrouvent à poil et foncent tout droit dans l'eau ! ! Oualala, ils sont forts ces Finlandais !
Laissons-les batifoler dans l'eau (et essayer de ne pas se noyer. Au passage, la statistique des morts noyés la braguette ouverte le soir de Juhannus est effarante, paraît-il. 2 raisons: 1- la bière, c'est diurétique; 2- une barque c'est méga instable quand on est debout dedans, pour pisser par dessus bord) et revenons à notre bon moment sur la plage. On ne coupe pas non plus aux stéréo portable qui nous lance du "Iron Maiden" (extrait sonore)

Au dessus de nous, l'église est magnifique et les jetées font penser au sud de la France "St Tropez" (comme on se l'imagine car personne n'y a mis le pied parmi la troupe) et des villes cotières du Maine, USA. Nous finissons tranquillement la flasque de vodka-vanille de Manu et Elie, et reprenons bientôt le chemin du port pour se "positioner" et admirer le feu de la Saint Jean....
Juste derrière la vieille ville et le port, se dresse une colline que personne ne connaissait et qui pour Juhannus habrite l'orchestre et son parquet de danse. Le feu de la Saint-Jean, "Juhannus koko" est aussi traditionellement allumé sur cette colline. Hélas cette année, un con l'a allumé plus tôt que prévu, ainsi les personnes sont arrivées alors qu'il n'y avait plus que des braises. L'année d'avant, paraît-il, qu'il était interdit de faire le feu, tellement de sécheresse autour ???? mais quelqu'un l'a allumé quand même. On s'est demandé ce qu'avaient foutus les pompiers qui étaient censés quadriller le périmêtre ... sans doute à boire un coup???

De la bonne musique nous attendait sur la colline, voilà deux extraits sonores le premier (extrait 1, extrait 2). Notre soirée est sauvée: il y aura quand même bien un feu d'allumé. Nous patientons jusqu'à 23h, admirons le soleil qui n'en fini plus de se coucher et poussons des grands "Oh" lors que le feu s'allume, sur une île devant la résidence présidentielle.

23h30, l'air se rafraichit dangeureusement. Et les estomacs crient famine (ou presque). Direction le port (once again). Là, difficile de trouver à manger: les Finlandais ont arrêtés d'éponger leur alcool depuis bien longtemps. Nous dénichons quand même un migno petit bar-pizza. Une bière, une pizza chacun..... Aaaaaaaahhh ! Quoi de mieux pour se préparer au long retour à vélo qui nous attend. Nous hésitons à aller prendre un dernier verre avant de rentrer, mais nous avons eu raison d'écouter les femmes (ah, sans elles nous ne serions que des pochtrons sans abri, Seb, Manu et moi). Manu attrape un bus direction Turku (exceptionnel, il est 1H30 et il y a encore des bus). Nous six remontons sur nos bicyclettes et direction la maison.....
La nuit n'est jamais vraiment présente ces temps-ci: le soleil se couche à 23h et se lève à 4h. Entre temps, les étoiles n'apparaissent jamais. C'est donc au bruit des oiseaux qui bravent la nuit non-existente que nous refaisons les 15 km de pistes cyclables qui nous ramènent à Turku. 3h45, nous sommes enfin couché, les yeux pleins de rêves, après cette "plus courte nuit de l'année" ! La Finlande, on aime !


ps: Merci à Sebastien Lafond pour les belles photos. Pas merci à Nikon pour ses batteries d'appareils photos :-)

24.6.06

C'est la fête euh, la fête euh

Nous avons passé une semaine de folie, une semaine de chaleur bien d'été. En ce moment, le jour est le plus long, soleil quasi omniprésent, ce qui n'incite pas tellement à aller se coucher tôt. Mercredi et vendredi, nous avons veillé jusqu'à 3h-4h.
Mercredi 21, ce n'était pas la fête de la musique à Turku mais seulement la fête d'Henri Xhaard suite à sa soutenance de thèse. Compatriote français vivant depuis 6/7 ans en Finlande, Henri vient de terminer une thèse en Adrenoceptors Evolution, Structure Modeling and Ligand Recognition à Biocity. Il nous a invité pour une journée non stop avec
1) une soutenance/questions de 3h (Ranhhhh pichhhhh ! Ranhhhh pichhhh !!) à midi (Fait faim !!!!!!)
2) un pot éclair avec café finlandais et gateau à la crème et fraises (Ca a rattrapé notre midi loupé oui oui)
3) puis une longue, très longue soirée : formelle (au resto) et informelle (au bar disco "Börs").
Henri est l'un de ceux avec qui on avait l'habitude de déjeuner le midi au Restaurant Universitaire jusqu'au jour où (en fait depuis début mai) on nous a demandé nos cartes étudiantes à la caisse. Ca fait mal !!! Comme nous n'en avons pas (ben oui on n'est plus étudiant), on a été contraint d'opter pour la solution "pic-nic" dans le parc de Kupitta (c'est le stade de Turku avec autour terrains de jeux, parcs et centre sportif couvert, situé tout juste en face de Datacity).
Pour en revenir à Henri, ses collègues ont été très très sympas et bien impliqués dans l'organisation de la soirée, à la hauteur de la générosité et de la gentillesse du tout nouveau Docteur Henkka (version finlandaise du prénom Henri).
Il y a eu donc tout d'abord :
- dîner au Yatch Club de Ruissalo (film de l'intérieur, sinon la photo avec Elli et Véronique est prise devant le resto, batisse au toît cuivré), où l'on devait tous être sur notre 31. Le retour sur Turku en bus était festif (voir vidéo et celle de Manu sera bientôt dispo).
Il est de tradition de se mettre en tenue de soirée pour ce type d'évènement. Et pour les personnes, comme 1) le thésard, 2) le directeur de thèse et 3) l'opposant (celui qui doit poser des questions au thésard après une soutenance de 20 minutes), il est même obligatoire de porter une queue de pie pour les hommes et d'en porter une autre encore pour la soirée/dîner. Tout cela est très impressionant, surtout pour l'opposant d'Henri qui n'était autre qu'un français, chercheur dans un labo de Strasbourg. Il avait donc été briefé sur tout le protocole évidemment.Pendant le repas, on a eu droit aux chansons à boire, comme la tradition suédoise le veut (Henri est à l'université suédophone de Turku). Ce qui a ponctué notre repas une bonne quinzaine de fois par des "Skull" /"Kippis" ou encore "Santé", accompagnés d'une gorgée d'alcool. Heureusement, on ne nous a pas donné de vodka, ni de snaps, car même sans, on a mis le feu. D'ailleurs, à la vue de nous tous chantant debout sur les chaises et même les tables, le serveur, aussi gérant du restaurant a pris très peur.
Parmi les chansons, nous avons eu "Livet är härligt", "Minnet", "Halvan", "Tersen", "Rafflan", "Tänk Om", "Hell and Gore", "Helan", "Spritbolaget" puis une chanson (notamment chantée par Céline Dion) : "When I need you" dont les paroles ont été modifiées en :

"When I need beer
I just close my eyes and I think beer
And all that I want is drink beer
keeping me warm night and day


When I have beer

I reach out my hand and I grab beer

I never knew there was much beer

only my armlength away


Miles and miles of empty bottles behind me,

lots of Olvi bottles ahead
And you know I will be drinking forever

It's cold out, but hold out, and do like I do"

Puis on a aussi dansé sur "La Bamba" de Ritchie Valens et une petite chorale s'est mise en place pour chanter : "Staying alive" des Bee Gees, encore une fois adapté pour Henri :

"Well, you can tell by the way he does his walk,
He's a PhD, no time to talk.

Music loud and coffee warm.

He's been kickboxing since he was born.

Now it's all right, it's O.K.

Henkka does it his own way.

We can try to understand.

The English words of a Frenchman.
If he's on a lecture
Or if he's at work,

He's stayin' awake, stayin' awake.

BioCity breakin'

And everybody shakin'
He's stayin' awake, stayin' awake.

Ah, ha, ha, ha,
Stayin' awake,
Stayin' awake
Ah, ha, ha, ha,
Stayin' awaaaaaaaaaaake.....


Well I dock it here, I dock it there.
If it doesn't fit, I don't care.
I bring to work my own booze.
I'm a modelling man, I just can't loose."

La communauté française (toujours les mêmes : Seb, Manu, Christophe, Lionel + les filles et collègues d'Henri) à son tour a voulu chanté "Les chevaliers de la Table Ronde" et à sa façon :

"Chevaliers de la Science,
allons voir notre cher Henri (bis)

Allons voir, oui, oui, oui,

Allons voir, non, non, non

Allons voir, notre cher Henri


Après tant d'années de labeur, ça fait quoi de devenir Docteur ? (bis)

Ca fait quoi, oui, oui, oui

Ca fait quoi, non, non, non
Ca fait quoi, de devenir Docteur

Et maintenant, que vas-tu faire, dis-le nous, on veut tout savoir (bis)
Dis le nous, oui, oui, oui
Dis le nous, non, non, non
Dis le nous, on veut tout savoir

Pour cette journée formidable, trinquons donc au succès d'Henri
Trinquons donc, oui, oui, oui
Trinquons donc, non, non, non
Trinquons donc au succès d'Henri"

Enfin, déjà à la mi-soirée, avant de retourner sur Turku en BUS, affrété pour nous tout spécialement, certains avaient une belle allure de .... ;-) , voir ici. A Turku, on s'est tous dirigé au "Börs" pour continuer la soirée. Il y avait deux salles avec parquet de danse et ambiances différentes ce qui permettait de passer de l'une à l'autre dès que DJ retombait l'ambiance. On a bien profité de la grande terrasse où on a fumé cigares et renversé quelques bières ;-)))
On a loupé la grande tournée de vodka au Salmiakki payée par Henri et nous sommes rentrés en taxi alors que la plupart sont rentrés en vélo.
et voilà

22.6.06

Ruissalon Kasvistieteellinen Puutarha

Ruissalo est l'endroit idéal pour ne pas faire des kilomètres (soit à moins d'1h en vélo depuis le centre ville de Turku) et sentir quand même l'ambiance de l'archipel. Il faut aller au bout de l'île pour se dépayser et faire trempette. L'hiver comme été, les gens prennent un sauna avant d'entrer dans la mer. Généralement, Ruissalo attire beaucoup de monde grâce à ses belles plages, et pendant l'été, un festival de Rock (plutôt Hard Rock) y est organisé : Ruisrock. Cette année, devinez qui passe au festival !!! "Lordi", et dans la même soirée "Mogwai", super groupe écossais. Moi je regrette juste de ne pas voir "Morrisey".
Isolées du reste, sur une petite crique, ma mère (en visite depuis 1 semaine) et moi, nous avons enfin plongés dans l'eau (qui est au moins à 18°c, 25°c dans l'air). Le petit bain frais a permis d'éloigner les quelques moustiques que nous avions happé en forêt. Sur le chemin retour, nous nous sommes arrêtés à la célèbre batisse en rondin noir qui sert de café-restaurant et qui accueille nombre de mariages en été. Le cadre est en effet très sympa et m'a rappelé l'ambiance de l'Amérique du Nord (Canada et E.U). Depuis ce site, on peut rejoindre par un chemin découverte de 2km (panneaux explicatifs sur la végétation et les habitants de la forêt), le grand jardin botanique (kasvistieteellinen puutarha) et sa belle serre de plantes exotiques (kasvihuone). Arrivées un peu tard, nous n'avons fait que les jardins extérieurs où l'on a vu peu de plantes fleuris à part divers "Iris", des "Lupins", des "Amsonia Ciliata" ("Fringed Bluestar" ou "Texas Bluestar" en anglais), des magnifiques "Nénuphars", pas mal de variété différentes de bouleaux et de pins.