8.8.06

D'une mer à l'autre...

A la descente du bateau, il est trop tard pour faire beaucoup de route (déjà 23h). Nous décidonc de nous poser sur un ancien terrain de camping récement abandonné, à quelques centaines de metres de l'arrivée du bateau.

Pas le sortir la tente que nos "amis les bêtes", c'est-à-dire les moustiques sont déjà passés à l'attaque ! Quel bonheur ! Heureusement, le reste des vacances sera relativement "calme" de ce point de vue-la. 'fin bon, on a mangé sur le bateau, on monte la tente rapidos, sans faire rentrer de moustique dedans (ouf). Et hop au lit !



Au petit matin, nos amis les bêtes sont toujours là. Plions vite et en route. Rien de prévu dans ce coin-là, nous roulons en direction du nord, le long du golfe de Botnie (voir la carte umeå - arjeplog, arjeplog ou nous arrivons le soir même). Petites pauses sur la plage, route bucolique, bordée de maison en bois rouge.




Nous faisons notre pause "casse-croute" à Skellefteå (prononcez "Chelefteo"). Là, nous tombons (presque) par hasard sur un folk museum (entendre "musées des traditions populaires"). Vous vous souvenez, il y en a un à Turku, et c'est quelque chose de très commun dans toute la Scandinavie (cf plus loin). Des artisants travaillent à l'ancienne dans des maisons en bois et, comble du luxe, un café est installé dans une de ces maisons. On peut profiter de la fraicheur interieur (au dehors, le soleil est écrasant) pour siroter un café bien mérité.



Un arrêt à l'église du coin, et la clio redémarre. Notre but de la journée ? Arjeplog, une petite "station" qui vit du ski de fond et de piste en hiver et du tourisme "vert" en été. Sur la route, la végétation change, petit à petit. ça y est nous rentrons petit à petit en Laponie. Et nous rencontrons (un peu dangeureusement) nos premiers rennes. En troupeaux (photo 46 en lien) ou plus rarement isolé (49), ces animaux élevé mais partiellement sauvage (ils passent la plus grande partie de l'année à vagabonder dans la forêt et la steppe lapone), vous imposent la prudence la plus grande sur la route: leur pelage ne permet pas de les distinguer très clairement sur la route et l'arrivée d'une voiture ne les fait pas sourciller ! Cela fait partie du charme de l'endroit.

Arjeplog, donc. Première destination, avec pour but de gouter à la Laponie suédoise en plein été (après notre experience hivernale en Laponie finlandaise). La différence ? A peu près 40 degrés en plus, pardi ! La découverte passe par la visite de l'eglise locale (de dehors et de dedans) et le musée de l'"argenterie", qui expose également de manière très intéressante la vie des samis de la région. Leur particularité ? De part l'existence d'importants gisements de minerais (d'argent en particulier) dans la région, ce sont à peu près les seuls samis de Scandinavie à porter tarditionnellement des bijoux.

Nous finissons notre première journée de visite de la région par une montée (en voiture, la honte) sur le sommet local. La randonnée n'aurait pas présenté d'intérêt majeur (on a essayé, mais il y avait tellement de moustiques dans la forêt que ça vous enlève tout plaisir, j'vous assure) mais la vue qui nous est offerte de la-haut sur la région est incroyable, spendide, magnifique, quoi ! Regardez plutôt.

Lors de notre trajet pour arriver à Arjeplog, nous avions doublé une "vespa" tirant une cariole. Drapeau finlandais, on s'était dit "un fou" ! Pas déçus, nous retrouvons le soir même la-dite mobylette au camping d'Arjeplog. Et le "fou" en question est en fait français, vivant depuis plus de 30 ans en Finlande. Il aime à parcourir les routes de différents coins d'Europe, d'habitude à vélo, et depuis cette année sur sa vespa "améliorée". Il a prévu 3000km pour 4 semaines cet été. Nous lui souhaitons bon courage le lendemain matin lorsqu'il repart pour ses 150km journaliers. Nous, équipés d'un vehicule plus rapide, pouvons au moins profiter de quelques "pauses" le long du trajet. Une façon différente de voyager, qui fait chaud au coeur, en tout cas !




Pour notre deuxième journée de découverte de la région, nous voulions à tout prix enfiler la tenue de randonneur qui nous manque tant ces derniers temps. Lorsque nous posons la voiture, le soleil est déjà haut (il a du se coucher 1h30 à tout casser) et il fait bien chaud. Je tente un début de rando en short avant de faire demi-tour pour sortir l'équipement intégral (Sev avait été plus sage et s'était équipée comme il faut dès le début).



La forêt, au début assez dense, se fait de plus en plus éparse. Juste à la hauteur d'une cabane non gardée (qui nous permet une pause salvatrice, à l'ombre et à l'abris des moustiques), les arbres disparaissent pour laisser place à une végétation rase, caractéristique des hauts plateaux lapons.



Nous marchons un bon moment (la ballade en entier nous prendra presque 6h aller-retour) sur un sentier terreux qui serpentent au travers de champs de bruyère. Les moustiques nous fichent la paix une bonne fois sur toute, le vent se lève légèrement et le tout devient incroyablement agréable. Sev n'a pas trop envie de terminer, mais moi je n'ai qu'une envie (ça ne me passera jamais, je crois): voir tout ça "d'en haut".

Sev a fait un gros bout de chemin en plus quand je la retrouve à la descente. Nous profitons de l'air agréable, sommes même tentés par une sieste allongés dans la bruyère. Nous rejoignons la voiture vers 16h. On a bien mérité cette bonne glace, acheté à la station service du coin !






Et le périple continue. Aujourd'hui, nous devons encore rejoindre Bodo (le second est un "o barré" que j'ai pas sur mon clavier, et qui se prononce "euh"), en Norvège. La route est longue (voir trajet arjeplog - bodo), mais tellement changeante qu'on ne voit pas le temps passer. Plus ça va, et plus les reliefs s'accentuent. On va bientôt commencer à appeler ça des montagnes (oui, je sais, ça fait longtemps que je suis pas aller dans les Alpes...).

Arrivés à Bodo, nous récupérons le 3ème laron à l'aéroport: K/2 (alias Michael pour les gens normaux) a à peine le temps de pauser le sac dans la voiture que nous l'emmenons trainer dans les bars de Bodo. La demi-finale ne peut pas attendre ! Non mais !

4 Comments:

At 10 août, 2006 17:12, Blogger cocotte en chocolat said...

Whouah, super !! La suite, la suiiiiite !
Ah aussi, j'aime bien la contraction "nous décidonc" du début, ça reflette bien le caractère un peu précipité de l'instant ;o)

 
At 14 août, 2006 23:46, Anonymous Anonyme said...

bon les photos sont tjs aussi bonnes ainsi que le texte et l'humour ... je guetais depuis un moment le debutde votre expe, j'attends la suite avec impatience !!!
bisous
LPSR

 
At 16 août, 2006 01:14, Blogger Maurelita Pligaa said...

Bonjour !

Je découvre par hasard votre blog, superbe ! Je suis ravie de voir des photos de chez moi.

Habitant à Paris, je tiens moi-même un blog finno-français...

=)

 
At 17 août, 2006 22:42, Blogger Franck said...

Et ben, toujours magnifiques vos photos !
Et on attend avec impatience la suite du récit (même si j'en ai déjà eu un avant-goût par Benny).

 

Enregistrer un commentaire

<< Home